mardi 28 juin 2022
 vous êtes ici > Réflexions » Le Politique » La République   Connexion  
 Rapport

ADMINISTRATION GÉNÉRALE ET TERRITORIALE DE L’ÉTAT
Par M. Pierre-Yves COLLOMBAT, 
Sénateur du var.

Avis présenté  au nom de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale (1) sur le projet de loi de finances pour 2016, ADOPTÉ PAR L’ASSEMBLÉE NATIONALE,

ADMINISTRATION GÉNÉRALE ET TERRITORIALE DE L’ÉTAT
Par M. Pierre-Yves COLLOMBAT, Sénateur du var.

Avis présenté au nom de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage
universel, du Règlement et d’administration générale (1) sur le projet de loi de
finances pour 2015, ADOPTÉ PAR L’ASSEMBLÉE NATIONALE,
TOME I

 Rapport de M. Pierre-Yves COLLOMBAT, portant réforme de la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.


  

 RÉFLEXIONS

SITE EN COURS DE MAINTENANCE ET DE MISE A JOUR.


  

 La République
Vices de forme | Simplification du droit | En attendant le Consulat | Psychopathologie de la vie politique | Péréquation des richesses entre collectivités | AMRF 2007 - Finances locales et réformes | Par extension | La réalité du parlementarisme | Démocratie plus! | Tanguage | Désirs de politique | Les collectivités paieront | Collectivités et accès à l'information | Trop de lois tuent la loi | Soir de référendum | Petites manoeuvres et calendrier électoral | Démocratie pour spectateurs et acteurs | Parlementarisme lyophilisé | Les Républiques sont-elles solubles? | Bons baisers de Versailles | Exception française | Pitoyable réforme des modes de scrutins | Etat unitaire et autonomie locale | Marianne animatrice | Gentil n'a qu'un oeil
 
Voir une seule page

Désirs de politique

Editorial de La Lettre des Elus de la Gauche varoise n° 35
(Juillet-août’septembre 2006)


 

 

Les socialistes viennent d’adopter leur projet, socle, en principe, d’un futur programme de gouvernement
de gauche ; ils désigneront prochainement celle ou celui qui portera leurs espoirs aux élections présidentielles de 2007. Cela intéresse toute la gauche, et bien au-delà, en cette fin crépusculaire d’équipes gouvernementales qu’engloutissent lentement leurs sables fangeux.

Restera à convaincre les électeurs et en cas de succès à répondre à leurs attentes.

Cela suppose une réévaluation complète des objectifs et des principes de la politique économique menée dans ce pays depuis vingt ans, ainsi que de la politique européenne qui va avec.

 

 

 

Pour des hommes et des femmes de gauche, l’objectif ne saurait être que le plein emploi.

Sans plein emploi pas d’équilibre des comptes, pas d’ascenseur social, pas d’intégration ; des collectivités locales incapables de financer leurs obligations ; une République sociale en panne ; en un mot pas d’espoir pour la majorité de nos concitoyens.

 

 

 

Or, si le projet socialiste fait du plein emploi une priorité affichée, il ne remet pas en cause l’essentiel des politiques économiques et européennes menées jusque là. Réduire les déficits publics demeure encore  d’actualité et  l’objectif prioritaire à la Banque Centrale Européenne n’est toujours pas le rétablissement du plein emploi ; tout au plus est-il question de « revoir » les critères du pacte de stabilité et de croissance, de mettre en place un « véritable gouvernement économique » dont on ignore tout.

 

 

 

Pourtant, on ne peut plus se contenter de lutter contre les conséquences des politiques de « rigueur » en se limitant au traitement de leurs effets les plus douloureux. Accepter les principes essentiels qui animent ces politiques économiques et refuser leurs conséquences, est une absurdité que rien ne justifie.

La vulgate libérale dominante, n’est pas une science, même si elle se présente comme telle, domine les Institutions françaises et les médias. C’est d’abord une idéologie qui sert les intérêts des rentiers ; ce n’est même pas une technique capable de fournir les recettes pratiques d’une gestion optimale de l’appareil de production.

Ironie de l’Histoire, c’est là où l’écart entre le discours « libéral orthodoxe » et la pratique est le plus grand que les résultats en termes de croissance et d’emplois sont les meilleurs. Quand le discours de la « rigueur » est mis en pratique, les contre performances économiques suivent.

Qu’une politique économique différente soit parfaitement crédible et possible, c’est ce que pensent de nombreux économistes, notamment dans les pays où le débat n’est pas fermé, comme chez-nous. En témoigne le texte ci après.

Signé de 26 économistes du monde entier, il montre qu’une politique économique autre que celle menée en France depuis trente ans est non seulement théoriquement cohérente mais conforme aux faits.

 

 

 

Rarement la Gauche, à commencer par ses élus, n’a eu autant besoin de se retrouver sur des objectifs essentiels, pratiques et clairs. Les choix en matière de politique économique et de construction européenne sont de ceux là.

De définitions claires de politiques à effets pratiques, voilà de quoi nous avons besoin. Pas de préchi précha bien pensant sur les valeurs de gauche, le respect dû aux autres ou, selon l’état de l’opinion, la nécessaire répression de la délinquance des mineurs.

Le respect des autres, c’est d’abord celui de leur intelligence.



Tanguage | Page 11 sur 25 | Les collectivités paieront

  

 PUBLICATIONS

La lettre du Sénateur N° 45 Octobre Novembre Décembre 2015 

LA CRISE GRECQUE ET LE THEÂTRE PARLEMENTAIRE

POURQUOI L’ACCORD DE BRUXELLES EST UNE TROMPERIE

RETOUR SUR LA LOI MACRON (7/17 avril, 4/12 mai 2015)

Les lettres précédentes


  

Copyright (c) 2022 Pierre-Yves Collombat   Conditions d'utilisation  Confidentialité